Interview de la patronne du “Pas vu Pas pris” Alice TUCOULAT

Dès que nous franchissons la porte du « Pas vu pas pris », on ressent une authenticité caractéristique du lieu et de la patronne. Alice, la directrice, nous accueille chaleureusement et se prête avec plaisir au jeu de l’interview.

Bonjour Alice. Merci de nous recevoir ! On voudrait en savoir un peu plus sur toi…où as-tu grandi, quelle est ta formation et ton parcours professionnel.

Je suis née à Dijon, j’ai pas mal baroudé. J’ai effectué un parcours atypique : école de commerce, communication/ événementiel et la restauration depuis quatre ans. J’ai redémarré en tant que serveuse et maintenant, je suis directrice du PVPP (Pas vu pas pris).

Restons en contact

Donc après avoir bien profité de la vie durant dix ans… Finalement, entre l’école de commerce et l’événementiel, tu t’es dit je vais me poser et me réaliser grâce à une activité stabilisante?

Le Pas Vu Pas Pris a été l’occasion pour moi de me stabiliser. J’ai levé le pied.

Qu’est-ce que tu aimes dans ce nouveau métier ?

J’aime deux choses principalement : la relation avec les clients et la relation avec le chef, avec toujours présente à l’esprit l’idée d’apporter les meilleurs plats de bistrot français.

Comment perçois-tu le management en restauration? Est-ce inné ou as-tu appris?

J’ai toujours managé des équipes au cours de mes différentes expériences professionnelles, que ce soit des stagiaires quand je travaillais dans le milieu financier ou des hôtesses et du staff dans mes différents jobs événementiels. Ce n’est pas inné mais cette fonction implique d’avoir le goût pour ça, et comme c’est quelque chose que j’aime bien, ça tourne!  

Comment qualifierais-tu ta cuisine ?

Ma cuisine, c’est dans un esprit « reflet de France », bistrot français, simple mais de qualité. Le midi, c’est très bistrot, le soir un peu plus haut de gamme, mais pas bistronomie. On peut, comme aujourd’hui par exemple, proposer un bœuf bourguignon, un petit salé aux lentilles ou du hachis parmentier, mais fait dans les règles de l’art. On utilise uniquement des produits frais, des produits de saison. J’ai hâte d’être au printemps parce que je n’en peux plus du butternut !

Pour décompresser après un service, c’est quoi ta “secret sauce” ?

Deux choses me sont indispensables pour décompresser : le sport et les copines.

Quels sont les gestes éco-responsables que vous adoptez ici?

Cela passe par le tri, qui est très important à mes yeux.Travailler des produits de saison, optimiser une provenance locale des produits tant qu’on peut, et maintenant aussi utiliser exclusivement des pailles en papier.

On est à l’heure du digital. Quels outils digitaux utilisez-vous au restaurant ?

On est sur Instagram, Facebook. Et d’ailleurs, j’ai repris la main sur ce volet parce que c’est essentiel de communiquer par des posts et des visuels percutants. Les clients postent très peu quant à eux. Tous les autres réseaux sociaux que sont TripAdvisor, la fourchette, et autres, ont raison d’être pour la notoriété du restaurant.

IMG_0990

Qu’est-ce que t’apporte Prestachef au quotidien ?

J’utilise Prestachef pour mes commandes et, évidemment, c’est un outil merveilleux. Prestachef offre une facilité d’utilisation incontestable : on voit les prix en direct, on a la chance d’avoir une relation avec le service client, notamment si on rencontre une problématique sur une livraison ou sur un autre aspect, c’est le service dédié qui gère avec les fournisseurs.

Est-ce que tu gagnes du temps ?

Je gagne énormément de temps, c’est-à-dire que John passe les commandes le week-end, le lundi pour le mardi mais de chez lui. Dès qu’il est arrivé, je l’ai connecté à Prestachef.

Combien de “coups de gueule » tu passes par semaine ?

Je m’énerve bien moins qu’au départ, (gros sourire) puisque les choses sont rentrées dans l’ordre. Concrètement, maintenant, je suis beaucoup plus détendue et tout fonctionne beaucoup mieux avec les fournisseurs. J’essaie de ne plus m’énerver, mais un coup de gueule par mois ces derniers temps, ce n’est pas si terrible !

Ta musique du moment : Le matin, c’est ma playlist spotify « pourrie», le midi « radiomeuh » pour les clients et le soir FIP jazz ou groove.

Ta Série du moment : Brooklyn Nine-Nine 4,5/5 super drôle

Ton dernier voyage : Le pays basque cet été

Un animal : Le cochon d’eau

Une couleur : le rouge, la passion, le feu

 

Merci à toi Alice pour avoir répondu à nos questions, on te souhaite toute la réussite que tu mérites!

 

Ticket Moyen : Midi 25€ | Soir 45€

Pas Vu Pas Pris

4 rue Saulnier

Paris 9

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
À découvrir également

C’est pas de la tarte !

Salle VS Cuisine

C’est bien connu, la cohabitation entre salle et cuisine peut parfois s’avérer compliquée. Deux milieux s’affrontent : les serveurs qui doivent garder la face devant les clients et les cuisiniers qui sont en cuisine, mais tous les deux sont soumis à la même pression, au rush et au stress qu’il engendre. Des incompréhensions naissent des deux côtés et donc des “clashs »... Lire la suite

Le gratin

Interview du Chef du « Café Bolivar » Sodi

Rendez-vous aujourd’hui au café Bolivar, une brasserie du 19ème arrondissement qui vous garantit de passer un moment chaleureux et gourmet. Portrait de Sodi, le Chef, passionné par son métier. Lire la suite

C’est pas de la tarte !

Le gâchis alimentaire en restauration

Le gâchis alimentaire représente 1,3 milliard de tonnes dans le monde, soit un tiers des aliments produits sur la planète. C’est considérable et inquiétant à la fois ! 95 à 115 kg : c’est le poids moyen de denrées perdues par personne et par an, en Europe et en Amérique du nord. En comparaison, le gaspillage alimentaire par personne en Asie et en Afrique est estimé entre 6 et 11 kg... Focus sur ce phénomène en restauration en France et sur les solutions pour y remédier. Lire la suite