Interview collaborateur Thibaut AGNELLET

Bonjour Thibaut, comment es-tu arrivé chez Prestachef ?

Tout simplement parce que je suis un accro du monde de la restauration. J’ai découvert le métier très jeune, en étant saisonnier, en Corse, où j’ai une maison de famille. Je passais mes vacances à bosser mais c’était un vrai plaisir. J’ai évolué sans cesse, en passant de la plonge au service et puis, après mon diplôme, à la direction d’établissements. J’ai même eu mon propre restaurant pendant quatre ans, dans le sud de la France. En revenant vivre à Paris, j’ai eu envie de me tourner vers le commerce, mais sans changer de secteur. J’ai été recruté par un grossiste alimentaire où je suis passé de commercial à chef des ventes. Je gérais alors dix commerciaux, 1000 clients et un chiffre d’affaires de 25 millions d’euros : une pression positive qui m’animait chaque jour pour faire mieux. Puis, il y a eu de gros changements dans ma vie personnelle et j’ai eu envie de prendre un nouveau virage professionnel. J’ai travaillé quelques mois dans une start-up dans laquelle j’ai confirmé mes compétences digitales. Puis, j’ai rencontré Maxime Gues. Il m’a proposé un poste de directeur commercial « food tech » combinant tous mes acquis. J’ai accepté sans hésiter ! Tout de suite, j’ai adhéré au projet, j’ai apprécié le dynamisme de l’entreprise et l’aspect « humain » des collaborateurs. C’est à mon sens le combo parfait pour s’épanouir dans une entreprise !

 

Quelles études as-tu suivies ?

Après un Bac (ES), j’ai fait une licence et un master en management-hôtellerie et tourisme international chez Vatel. Pendant trois ans, j’ai enchaîné les stages. J’ai notamment eu la chance de partir quatre mois en Angleterre dans un Relais Château puis six mois dans un hôtel de luxe en Polynésie française.

Restons en contact

Être issu du milieu de la restauration est un atout, en quoi cela t’aide dans tes missions ?

Ayant été restaurateur, j’ai conscience des contraintes existantes du métier, et par conséquent, je décèle les attentes de mes clients; c’est une vraie valeur ajoutée. Je sais aussi combien la relation avec un commercial est importante. Il faut absolument qu’elle se fasse dans la confiance, le partenariat et l’écoute. Il ne faut pas penser en permanence « business » et laisser de la place à l’humain. C’est cela que j’inculque aux commerciaux.  

En parlant de ça, peux-tu nous expliquer quelle est ta stratégie de management ?

Je suis plutôt partisan d’un management participatif, dans lequel la communication et la confiance priment. J’aime laisser de la place à mes commerciaux pour qu’ils puissent s’épanouir et évoluer au maximum. Il n’y a pas de recette magique pour être un bon manager, ça s’apprend sur le tas. Comme tout le monde, j’ai fait des erreurs, et on apprend beaucoup de ses erreurs. Aujourd’hui, je sais qu’il est nécessaire d’être franc, droit, présent, réactif et de montrer à ton équipe que tu es là pour elle dans les bons et les mauvais moments. Il ne faut jamais oublier de récompenser et féliciter quand le boulot est bien fait. En revanche, il est important de savoir dire les choses quand ça ne va pas et mettre en place un management resserré si nécessaire. Savoir que mes commerciaux ont atteint leurs objectifs pro et perso est la plus belle des récompenses à mon  sens !

Quels sont tes objectifs chez Prestachef ?

Digitaliser le portefeuille clients de Malys et mettre en place une stratégie d’acquisition terrain. Nous devons augmenter chaque mois le nombre d’utilisateurs et faire évoluer notre chiffre d’affaires. Prochain objectif : développer Prestachef au national. Tous les restaurateurs de France doivent pouvoir profiter de notre pépite !

IMG_2415

Tes conseils pour un commercial en quête d’évolution ?

Se remettre en question tous les jours, se challenger, être à l’écoute du marché, avoir des objectifs à court, moyen et long termes… et surtout s’y tenir !

Son credo : « Ne jamais remettre à demain ce que tu peux faire aujourd’hui ».

 

Portrait chinois:

Musique : One Day de Matisyahu

Friandise : carré de chocolat 90%

Plat : une salade de tomates avec une bonne buffala et une feuille de basilic. Le tout accompagné de pain Poilâne et de charcuterie ibérique. L’été, c’est un régal !

Cocktail : Un mojito

 

Merci à toi pour cette interview, on te souhaite d’atteindre tous tes objectifs !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
À découvrir également

C’est pas de la tarte !

Le gâchis alimentaire en restauration

Le gâchis alimentaire représente 1,3 milliard de tonnes dans le monde, soit un tiers des aliments produits sur la planète. C’est considérable et inquiétant à la fois ! 95 à 115 kg : c’est le poids moyen de denrées perdues par personne et par an, en Europe et en Amérique du nord. En comparaison, le gaspillage alimentaire par personne en Asie et en Afrique est estimé entre 6 et 11 kg... Focus sur ce phénomène en restauration en France et sur les solutions pour y remédier. Lire la suite

Le gratin

Interview du Fournisseur Reynaud avec Christophe Navailles

On a rencontré Christophe Navailles, commercial du fournisseur de marée "Reynaud" pour une interview. Nous l'avons accueillit au sein de nos locaux pour qu'il nous parle plus amplement de son métier. Lire la suite

Au menu

Nuisances Sonores : le bruit et la fureur

Les nuisances sonores sont un problème récurrent pour les Cafés Hôtels Restaurants (CHR). Compliqué de gérer complètement les décibels. Rappelons pour mémoire que le secteur de la restauration est victime de deux types de nuisances sonores : la musique amplifiée et le bruit de la clientèle à l’extérieur. Quels remèdes pour supporter ou contrer ces nuisances ? Voici nos conseils ! Lire la suite